Publié le 17 septembre 2019 à 08H10 – mis à jour le 17 septembre 2019 à 08H11

Avec Moussa Dembélé et Memphis Depay, ses meilleurs éléments offensifs, Lyon dispose de deux joueurs qui préfèrent évoluer dans l’axe. Un casse-tête tactique à résoudre pour Sylvinho, qui pourrait être contraint d’abandonner son 4-3-3 pour trouver la solution.

Sylvinho ne s’en est jamais caché, il a ses idées et elles sont bien arrêtées. Dès sa présentation à la presse fin mai, l’entraîneur de l’OL avait fait du 4-3-3 son système préférentiel. Le technicien brésilien ne l’a jamais délaissé depuis le début de la préparation, en dehors de tests sporadiques dans un 4-2-3-1. Mais le dispositif utilisé lors des cinq premières journées de L1 ne donne pas pleinement satisfaction. D’abord les Gones restent sur trois matchs sans succès en championnat et sont vite retombés dans leurs travers des dernières saisons, notamment sur le plan mental. Ensuite le jeu proposé ne séduit pas vraiment. Circuits de passes trop stéréotypés, latéraux bridés pour toujours maintenir une ligne de quatre derrière, créativité limitée devant : les défauts de l’OL sautent aux yeux. Il était reproché à Bruno Genesio de ne pas avoir de philosophie, celle de Sylvinho ne donne pour l’instant pas les résultats espérés.

Sylvinho croit en l’association Depay – Dembélé

Le 4-3-3 enferme surtout l’ancien latéral du FC Barcelone, là où il a développé son appétence pour ce système, dans un carcan problématique. Il n’offre qu’une seule place axiale à un joueur offensif, quand les deux meilleurs de son effectif y prétendent. Moussa Dembélé y est irréprochable depuis le début de la saison, tant par son efficacité (5 buts en 4 matchs de L1 disputés) que par son travail de sape sur les défenses adverses. Memphis Depay s’y sent aussi plus à l’aise que sur un côté, comme il le montre à chaque trêve internationale avec les Pays-Bas. Ses meilleures périodes avec l’OL coïncident aussi avec ses recentrements chroniques et les résultats de son équipe s’en ressentent. En conférence de presse lundi, à la veille de défier le Zenit Saint-Pétersbourg en Ligue des Champions (18h55), Sylvinho s’est montré confiant sur leur possible association. « Moussa Dembélé est un numéro 9, c’est un tueur. Memphis est un grand joueur, il peut évoluer à tous les postes. Ils sont compatibles. » Ce qui ne l’a pas empêché d’envoyer le premier sur le banc contre Bordeaux (1-1) et le second à Amiens (2-2). Preuve que ce n’est pas si simple.

Le retour d’un débat qui existait déjà avec Fekir

Memphis Depay (OL)

Dans un 4-3-3, c’est possible, Depay s’excentrant à gauche. Les deux premières sorties officielles de la saison contre Monaco (0-3) puis Angers (6-0) incitaient sérieusement à l’optimisme. Mais il est tentant d’envisager Dembélé et Depay se retrouver tous les deux dans l’axe, pour combiner au mieux et utiliser pleinement leurs qualités. Un 4-2-3-1 pourrait être une option pour Sylvinho, avec le Néerlandais en soutien de l’ancien Parisien. Se poserait toutefois la question de l’animation des ailes. Martin Terrier donne satisfaction à gauche et Bertrand Traoré a retrouvé son envie de multiplier les efforts sous Sylvinho, tout en restant parfois frustrant dans l’utilisation du ballon. Mais le premier reste lui aussi avant tout un joueur d’axe. Alors le 4-4-2 losange, vieille rengaine à Lyon, où le débat faisait déjà rage quant à la position optimale de Nabil Fekir, pourrait être la solution miracle de l’OL.

Sylvinho a l’effectif pour animer son losange

Depay pourrait y évoluer devant en compagnie de Dembélé, ou dans une position plus reculée de meneur de jeu. Ça ouvrirait alors une place à Terrier, Traoré, Maxwel Cornet voire Amine Gouiri, encore un joueur d’axe, pour évoluer aux côtés de l’ex-star du Celtic Glasgow. Sylvinho ne manquerait pas de solutions pour animer son losange. Lucas Tousart et Thiago Mendes resteraient en concurrence pour le rôle de sentinelle. Le Brésilien pourrait monter d’un cran comme relayeur, pour évoluer avec Jean Lucas, Houssem Aouar ou Jeff Reine-Adelaïde, les deux derniers étant aussi candidats pour le rôle de numéro 10. Maxence Caqueret, promis à du temps de jeu, aurait aussi davantage de place dans ce système. Sans oublier que les latéraux de l’OL (Youssouf Koné et Rafael à gauche ; Léo Dubois et Kenny Tete à droite), peu utilisés en phase offensive pour l’instant cette saison, ont les qualités pour croquer leurs couloirs sur toute la longueur. Autant d’arguments qui doivent nourrir la réflexion de Sylvinho. Pour qui il ne sera pas si simple de renoncer à ses principes de base après seulement deux mois sur le banc lyonnais.

Voir aussi : 
>>> Dernier carré, MVP, pépite qui explose… Les pronos de la rédaction 





SOURCE DE L’ARTICLE